Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


Le froid record dans l’hémisphère nord est la preuve du réchauffement

Publié par jlduret sur 24 Octobre 2021, 15:24pm

Catégories : #Refroidissement climatique, #Réchauffement climatique

 

Les météorologues prévoient un hiver extrêmement froid et neigeux. La quantité de neige dans l’hémisphère nord-est déjà supérieure de plusieurs centaines de gigatonnes à la normale pour la saison.

Il s’agit d’une nouvelle climatique étonnante que les médias ont choisi d’ignorer complètement. Il y a de plus en plus d’indications que la Terre est confrontée à un climat plus froid. La température moyenne mondiale a baissé au cours des cinq dernières années et la tendance des précipitations sous forme de neige est à la hausse. 

La crise énergétique qui a durement frappé l’Europe et une grande partie du monde risque d’être sérieusement exacerbée par un hiver exceptionnellement froid.

  • Le 4 octobre, Phobos, l’un des principaux instituts météorologiques russes, a prévenu que des conditions météorologiques extrêmes avec du froid et de grandes quantités de neige allaient frapper l’hémisphère nord cet hiver. 
  • Les météorologues prévoient des conditions météorologiques sévères en Russie, notamment au début du mois de janvier. Plusieurs endroits risquent d’être très durement touchés, notamment la capitale Moscou. On y attend des quantités de neige nettement supérieures à la normale et, pire encore, les météorologues russes pensent que ce sera en Sibérie, où leurs prévisions indiquent deux fois plus de neige. C’est de mauvais augure, car la Russie transcontinentale a connu l’an dernier l’hiver et le printemps les plus froids de son histoire.
  • Plusieurs stations de ski européennes dans les Alpes ont déjà signalé des chutes de neige de plusieurs décimètres. Stelvio est l’un des huit domaines glaciaires d’Autriche, d’Italie et de Suisse qui ont déjà ouvert leurs pistes pour la saison de ski et quatre autres avaient annoncé qu’ils ouvriraient le week-end du 9-10 octobre, ainsi que Levi et Ruka en Finlande.
  • La neige dans les Alpes et en haute altitude n’a rien d’étrange en soi à cette époque, mais ce qui diffère, c’est que la ligne de neige se situe déjà en dessous de 1000 mètres et que les chutes de neige de cette année suivent un schéma reconnaissable depuis le début des hivers historiquement très froids en Europe. Par exemple, les Balkans connaissent déjà des températures nocturnes négatives et les températures y sont inférieures de pas moins de 16 degrés Celsius à la température normale, ce qui est extrêmement élevé dans ces contextes.
Un climat de plus en plus froid au cours des cinq dernières années

Une tendance claire a préfiguré le refroidissement du climat qui commence maintenant à se faire sentir sérieusement.

Aujourd’hui encore, la masse totale de neige dans l’hémisphère nord est bien supérieure à la normale. Selon les données de l’Institut météorologique finlandais, ce total est supérieur de près de 200 gigatonnes à la moyenne des années 1982-2012 (GlobSnow SWE v1.3), régions de montagne non incluses. 

D’autres estiment l’excédent de neige à 250 gigatonnes. 

Plus tôt cette année, en février-mars, la masse totale de neige était de 400-500 gigatonnes au-dessus de la même moyenne, ce qui est bien supérieur à la fourchette normale (min-max).

Aucun média du système, dans aucun pays, n’a mentionné ce fait historique dans un seul titre. En outre, la température moyenne mondiale a baissé depuis 2016.

Réchauffement anthropique, refroidissement naturel, ou l’inverse ?

De plus en plus de chercheurs indépendants pensent que le réchauffement se produit parce que le soleil est entré dans le Grand Minimum Solaire (GSM) à la fin de 2019, et non en raison des émissions de dioxyde de carbone produites par l’homme, que les activistes veulent faire arrêter à tout prix, sauf en Chine, « parce que le niveau de pollution par habitant n’est pas si élevé ». Sauf que la pollution est une donnée brute, et non relative à la population, et si la Chine représente 30 de la totalité de la pollution à elle toute seule, peu importe combien cela fait par habitant !

  • La Chine a construit plus de trois fois plus de nouvelles usines de production d’électricité au charbon que tous les autres pays du monde réunis.
  • Ca équivaut à « plus d’une grande centrale au charbon par semaine », selon le Centre de recherche sur l’énergie et l’air pur en Finlande.

Les Verts affirment que le dioxyde de carbone, l’oxygène contenu dans les plantes qui fournissent de la verdure et de la nourriture aux animaux et aux humains, ainsi que le soleil et la chaleur constituent une menace mortelle – à tel point qu’ils sont prêts non seulement à remodeler notre monde entier pour réduire le dioxyde de carbone dans l’atmosphère, mais même à pulvériser des produits chimiques dans l’atmosphère et à lancer d’autres projets pour tenter de réfléchir ou même de bloquer le soleil.

Al Gore et alarmistes united

Jusqu’à récemment, les alarmistes n’ont cessé d’avertir que les températures mondiales allaient augmenter. Ils disaient que le pôle Nord n’aurait plus de glace. Voire même que « la neige appartenait au passé ». Les mêmes qui affirmaient que Londres serait sous l’eau avant la fin du 20e siècle exigent qu’on croie leurs nouvelles prédictions sans émettre aucun doute. 

Al Gore, en 2008, a averti que « toute la couverture de glace du pôle Nord pourrait avoir complètement disparu dans cinq ans », c’est-à-dire en 2013. 

En 2009, il a prévenu que les superordinateurs avaient calculé qu' »il y avait 75 % de chances que l’ensemble du pôle Nord, pendant certains mois d’été, soit complètement libéré de la glace dans les cinq à sept prochaines années », soit plus tard que 2016.

Il a ajouté que « seuls des fous impitoyables pourraient ignorer » ses avertissements. 

Conclusion

En raison du refroidissement, les alarmistes affirment désormais qu’une baisse de température de cinq ans est si courte qu’elle ne peut être comptabilisée dans une tendance plus longue qui, selon eux, montrera qu’ils ont toujours raison. Ils ajoutent que « seuls des fous impitoyables pourraient ignorer » leurs avertissements.

© Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.info.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents