Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


Le « cluster » du solaire se consolide entre Grenoble et la Savoie

Publié par jlduret sur 4 Novembre 2011, 19:20pm

Catégories : #Sciences

L'Ines (Institut national de l'énergie solaire) figure parmi les principaux centres mondiaux de R&D sur la filière solaire.

Il compte aujourd'hui 370 chercheurs, dépose 50 brevets par an, collabore étroitement avec 130 PME et 30 grandes entreprises.

Soutenu par le Conseil général de la Savoie et la région Rhône-Alpes, l'Ines terminera son extension en 2012 à Savoie Technolac, sur les berges du lac du Bourget.
Source : Article signé Gabrielle Serraz – Les Echos – 4/11/2011

Le succès d'ECM Technologies concrétise la montée en puissance de l'Institut national de l'énergie solaire et la diffusion de la R&D de ses laboratoires vers les entreprises.

Equipements, matériaux, cellules, assemblage, l'ensemble de la filière du solaire est représentée au sein de l'Institut national de l'énergie solaire (Ines) que portent le Conseil général de Savoie et la région Rhône-Alpes avec les équipes du CEA, du CNRS, de l'université de Savoie et du CSTB.

 

Deux chaînes de montage pour le procédé Nice (New Industrial Cell Encapsulation) pour l'automatisation de l'assemblage des cellules solaires sous vide, sans soudure, dans les panneaux PV, développé par l'Ines, Apollon Solar et l'équipementier lyonnais Vincent Industries, ont ainsi été vendues en France et en Tunisie. Grâce à des coûts d'assemblage réduits de 50 %, l'investissement s'amortit en un an. « Nous travaillons en amont de la production et disposons de la chaîne du solaire, nos entreprises qui s'adressent à 90 % au marché mondial deviennent des vendeurs d'équipements », commente Jean-Pierre Joly, directeur général de l'Ines.

 

Autre innovation mondiale, le procédé Photosil de fabrication de silicium métallurgique, développé par l'Ines et Apollon Solar, avec l'espagnol FerroAtlantica est désormais en préproduction industrielle. Le groupe espagnol a prévu d'investir près de 100 millions d'euros, pour construire en Savoie une nouvelle usine pour le silicium métallurgique. Pour le moment, l'investissement est différé en raison d'une surproduction qui a fait baisser les cours du silicium. « Cet état n'est que temporaire et le marché mondial devrait repartir dans une forte croissance, notamment après Fukushima », poursuit Jean-Pierre Joly.


370 chercheurs, 900 ingénieurs

Depuis 2006, le Conseil général de la Savoie et la région Rhône-Alpes se sont partagé 80 millions d'euros d'investissements pour édifier 20.000 mètres carrés de laboratoires.

Dernier en date, le bâtiment Hélios sera opérationnel en 2012. D'une surface de 7.000 mètres carrés pour un coût de 20 millions d'euros (16,6 millions apportés par le département), il abritera le siège administratif de l'Ines. Aujourd'hui, l'institut compte 370 chercheurs dont 330 du CEA, dépose 50 brevets par an, associe 130 PME et 30 grands groupes et dispose d'un budget annuel de 80 millions d'euros. Fin 2012, l'Ines comptera 500 chercheurs et deviendra, selon Jean Therme, l'un des trois centres mondiaux de R&D sur la filière solaire, derrière le National Renewable Energy Laboratory (NREL) aux Etats-Unis et devant le Fraunhofer Institut Center for Silicium Photovoltaics (CSP) en Allemagne.

Au sein de ce « cluster » du solaire, entre Grenoble et la Savoie, le CEA-Liten emploie 900 ingénieurs avec un budget consolidé de l'ordre de 130 millions d'euros. « Une force de frappe pour créer un outil économique », reconnaît Jean-Pierre Vial, sénateur et vice-pésident UMP du Conseil général de la Savoie. « L'industrie solaire, dit-il, continue son développement et les installations reprendront en France quand la parité entre le coût du kilowattheure photovoltaïque et le prix du kilowattheure du réseau sera atteinte, dans quatre ou cinq ans. »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents