Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


La guerre entre le Bangladesh et le Pakistan bat son plein. Guerre numérique il est vrai.

Publié par jlduret sur 29 Septembre 2012, 08:00am

Catégories : #Informatique

8457706385062c2c9acfa3Une guerre numérique fait rage sur les terres numériques entre le Bangladesh et le Pakistan. Tout a débuté voilà quelques semaines, entre les frontières avec l'Inde, le Bangladesh et le Pakistan. Une sombre histoire de rivalité terrienne pour des points d'eau, denrée de plus en plus rare dans ces contrés. Le partage de l'eau, entre l'Inde et le Pakistan, via l'Indus, se réalise depuis 1960 d'une manière simple. Les rivières sont attribuées dans leurs ensembles. Pour le Bangladesh, via le Gange et le Brahmapoutre, c'est largement plus compliqué pour le petit voisin du second pays le plus peuplé du monde. Bilan, sa se tire dessus aux frontières. Des tensions qui se sont retrouvées sur Internet, via de nombreux piratages de sites. 

Depuis quelques heures, un cran est monté dans les dérapages numériques. Un mystérieux groupe de pirates informatiques, du nom de Bangladesh Cyber Army, a démontré qu'en quelques clics de souris, il était possible de mettre au tapis l'informatique d'un pays tout entier. Ce groupe d'hacktivistes a détruit, il y a quelques jours les serveurs de l'Indian Cyber Space. Motivation ? Que les piratages de sites basés au Bangladesh cessent. Futile, certes, mais non dénué d'un sens politique attribué à cette zone géographique. "Nous sommes Bangladesh Cyber Army, a pu lire zataz.com, le premier groupe de piratage du pays. En raison de récents hacks de sites du Bangladesh par des hackers pakistanais, nous allons attaquer, en retour le cyber espace pakistanais." Le BCA d’énumérer d'autres motivations comme "Nous voulons punir tous les criminels de guerre. Ceux d'entre eux qui se cachent en toute sécurité au Pakistan. Ils  doivent être envoyés au Bangladesh immédiatement. Ou encore, tout accès non autorisé au cyber espace du Bangladesh doit être arrêté (...) Si ces exigences ne sont pas remplies, nous allons faire exactement la même chose qu'en 1971". Une référence historique qui rappel la proclamation de l'indépendance du Bangladesh, par le sang, il y a 41 ans.

Bref, ces "Bangladesh Rifles" numériques ont du nationalisme à revendre et des moyens techniques non négligeables. Dans les sites piratés, entre lundi 24 et mardi 25 septembre, zataz.com a pu référencer le Ministère des Finances (financebatagram.gov.pk), une dizaine d'universités et d'écoles, la grande majorité des hébergeurs du pays (Pakistani Hosting DomainBridge, Pakistani Hosting PureBox, Pakistani Hosting Minisouls, Pakistani Hosting HostbizReseller, Punjab Hosting).

5590543895062c3d1e25ecCôté media, Pakistan News (toujours modifié au moment de notre article pakinewsalert.com, ndlr zataz.com), Urdu News Channel (toujours modifié au moment de notre article urdunewschannel.com, ndlr zataz.com), ebiz pakistan, Pakistan Spiritualism, Pakistan Magazine, ... D'autres supports comme Pakistan Spiritualism (spiritualism.com.pk) et Pakistan Matchmaker (pakmatchmaker.com) ont eux aussi été touchés, avec une finesse technique non négligeable, l'installation d'un code malveillant ayant pour mission d'installer un malware dans les machines des visiteurs. Des sites toujours modifiés et infectieux au moment de l'écriture de cet article.

Les structures financières n'ont pas été oubliées par la Bangladesh Cyber Army. Le Pakistan Stock Exchange (kse.com.pk) et le Karachi Stock Market (pakstockexchange.com) ne répondent plus à la suite d'une attaque de type DDoS. Bref, une guerre numérique qui fait rage à coup de de Dénis de Services distribués, des défaçages, d'installations de malwares.

Lu sur ZATAZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents