Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


Un ancien conseiller climat d’Obama dit le GIEC se trompe et ment (2ème partie et fin)

Publié par jlduret sur 1 Juin 2021, 15:51pm

Un ancien conseiller climat d’Obama dit le GIEC se trompe et ment (2ème partie et fin)
 

(Première partie ici). Après avoir pointé les mensonges du GIEC, Steve Koonin va plus loin dans la critique de l’alarmisme des vecteurs dédiés à la peur: alarmisme  des médias, des politiques et des militants. Il relativise le rôle du CO2.

 

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestation0,7 %

Son récent livre n’est pas encore traduit en français et il faudra le lire pour disposer de plus de détails sur ses affirmations. Heureusement cet article le résume avantageusement. Suite des extraits:

« Steven Koonin donne une raison scientifique essentielle pour laquelle le CO2 émis par l’homme a peu d’influence sur la température de l’atmosphère : la saturation de l’effet de serre du CO2 par le CO2 naturel. 

Il compare ce phénomène à celui d’une « vitre noire » : une première couche de peinture noire sur une vitre transparente la rend en partie opaque ; une deuxième couche ne change pratiquement rien à son opacité. De même le CO2 anthropique ne change presque rien au réchauffement dû au CO2 naturel : la chaleur absorbée par tout le CO2 émis par l’homme depuis 1750 ne représente que 0,7% de la chaleur absorbée par le CO2 naturel. »

Je fais confiance à ses calculs, n’ayant pas la possibilité de les vérifier par moi-même. 

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestationSimulations

Il n’est pas le seul à aboutir à ces conclusions. En 2014, avec la méthode de l’identification*, un scientifique français spécialiste mondial des modèles, Philippe de Larminat (image 2: son livre), écrivait:

« Les simulations de l’auteur (ndla: lui-même) sont bien moins alarmistes que celle présentées dans le dernier rapport du GIEC qui indique des augmentations de température dans une fourchette de 2 °C à 6 °C dans les 100 prochaines années. Les simulations de l’auteur indiquent quant à elles une fourchette comprise entre 0,5 °C et 2 °C sur la même période. » 

Il ajoute:

« Dans son ouvrage l’auteur démontre tout l’intérêt de la méthode d’identification* qui, sur la base des données, montre la contribution essentielle de l’activité solaire dans l’augmentation de la température du globe, alors que cette dernière est très largement minimisée dans les modèles du GIEC. 

Une analyse statistique met en évidence que cette minimisation est d’au moins un facteur 10 ! Dans cette situation les modèles du GIEC n’ont pas été en mesure de prédire la pause climatique** en vigueur depuis presque 20 ans. »

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestationAgence politique

Sur l’image 3 on voit l’évolution de la température mondiale moyenne depuis 2002. On constate bien la pause jusqu’en 2016, année d’un El Niño extrêmement intense qui a provoqué une bouffée de chaleur peu résorbée ensuite par une Niña faible.

L’image 4 montre l’évolution des températures de surface des océans, les réelles en noir en bas du graphique, comparées aux prévisions délirantes des modèles qui tous déforment et exagèrent. C’est sur la base des pires estimations de ces modèles que se fonde l’idée d’urgence climatique. On dirait que le réel n’est pas d’accord et veut casser le moral du GIEC.

Le GIEC se trompe, et il cache la vérité, selon ces observations, et selon les expériences réalisées par les deux scientifiques de pointe que je cite aujourd’hui.

Le problème du GIEC est sa politisation. Comme indiqué dans ses statuts, il a été créé pour prouver le réchauffement par tous les moyens, pas pour étudier le climat de manière objective et contradictoire. Ses membres et soutiens sont pour beacoup des activistes écopolitiques, ou des flippés comme Greta.

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestationLeurre

D’ailleurs les rapports du GIEC sont séparés en deux. Une version longue, plutôt nuancée, et une version courte pour les décideurs politiques, version beaucoup plus alarmiste. Et ses chiffres laissent place à une très large approximation. Par exemple: 

« Selon le nouveau rapport des experts du climat du Giec adopté ce vendredi à Stockholm, la température moyenne sur la Terre devrait augmenter de 0,3° à 4,8° d’ici à 2100. Ce qui représente une hausse du niveau des océans de 26 à 82 cm. »

Augmentation entre 0,3° et 4,8°, un rapport de 1 à 16 (ça fait quand-même beaucoup!) dont les médias alarmistes et les activistes radicologistes ne retiennent que la valeur la plus élevée – qui est la plus alarmiste et anxiogène et pourtant la moins probable. Idem pour les océans: de 26 à 82 cm, il y a un battement inutilisable car on ne sait pas quelle sera la réalité.

L’urgence climatique est un leurre, écrivait François Gervais récemment. Plus je creuse le sujet, plus j’en viens à la même conclusion.

Et je suis extrêmement attristé de voir tant de gens suivre aveuglément ces discours de peur qu’on nous injecte comme un poison, ou comme un formatage de type religieux. On n’est pas loin d’une sorte de hold-up économique et moral sur la société dans son ensemble.

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestationHypnose

À la télé l’autre jour des activistes du climat s’exprimaient. L’un disait: « Je ne prendrai plus l’avion ». Quel dommage pour lui. Un autre affirmait qu’être végan est une condition de base pour être activiste du climat. Une condition? Les petits tyrans affûtent leurs armes. 

Une autre s’opposait à cela. Mais comment se rendra-t-elle en Amérique, continent qu’elle souhaite visiter? « En voilier » dit-elle. Construire des voiliers pollue, les matériaux polluent, la présence de dizaines de milliers de voiliers sur les océans va polluer pire que le plastic. Bon, ils sont à l’âge où l’on dit des conneries avec beaucoup de sérieux. J’attends de les voir s’émanciper de la peur.

Le réchauffement n’est pas la question environnementale majeure, c’est bien plus la pollution.

On peut espérer que le réalisme reprendra ses droits. Ou alors, à force de renoncements (ils savent déjà interdire), l’économie s’écroulera. Qui ça, « ils »? Les rouges, les activistes, les politiques intéressés à faire des voix, les réacs du climat, les fachos du thermomètre, et les autres. Ils seront chômeurs de par leur propre initiative. Cette génération qui a tout reçu va-t-elle détruire les acquis dont notre notre vie bénéficie tant? Il me semble que c’est un vrai débat dont les enjeux ne sont pas encore transparents.

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestationRésiste !

Le GIEC n’est pas un organisme scientifique neutre mais une officine politique et le fer de lance de lobbys de plus en plus puissants. Les grandes questions environnementales à quoi je souscris sont la réduction des pollutions, l’aménagement des territoires et des villes, la santé des forêts, les économies d’énergie. Cette courte liste n’est pas exhaustive.

Il devient nécessaire, urgent peut-être, de mettre en cause sans ménagement les méthodes et conclusions du GIEC, et la doctrine politico-médiatique de l’apocalypse, avant que la folie de l’urgentisme climatique ait durablement porté atteinte à notre civilisation, et ait engendré une génération de « sauveurs » qui deviendront nos tyrans en grandissant.

Une nouvelle oppression se met en place, avec notre consentement aveugle. La critique de ce système d’oppression ne suffit pas, il faut une résistance active.

Il nous faut réfléchir au comment résister.

(Première partie ici)

*Note 1: 

« L’identification est la détermination d’un modèle mathématique à partir des observations en entrée et en sortie du système que l’on souhaite étudier. En d’autres termes, trouver (identifier) les liens entre les causes et les effets. Dans le sujet qui nous intéresse, les entrées sont la concentration du dioxyde de carbone atmosphérique, l’activité solaire ou encore l’activité volcanique. La sortie est la température de surface du globe. On parle ici de modèle « boite noire », c’est-à-dire que les liens entre les entrées et la sortie sont purement mathématiques, à aucun moment cette modélisation ne cherche à représenter physiquement la réalité des processus mis en œuvre. La méthode est donc « libre » et non contrainte a priori.

Les modèles du GIEC1 sont tout le contraire : ce sont des modèles numériques basés sur les lois physiques. Ainsi les résultats obtenus par ces modèles dépendent fortement des lois implémentées. Ces modèles sont donc d’une part fortement contraints par les variables et paramètres des équations qui les construisent et d’autre part évidemment incapables de reproduire des processus qui n’ont pas été pris en compte parce que, par exemple, trop complexes. »

**Note 2:

La pause a duré jusqu’en 2015. Un très puissant et long El Niño a ensuite envoyé une grosse bouffée de chaleur dans l’atmosphère et fait monter les moyennes. Il a fallu attendre quatre ans pour qu’une Niña digne de ce nom, puissante, commence à inverser la tendance. La contribution des océans au réchauffement est remarquable à chaque épisode El Niño intense depuis 30 ans.

Dérapage des modélisations climatiques:

réalité vs modèle, troposphère globale basse

 

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestation

et troposphère moyenne aux Tropiques:

 

obama,réchauffement,giec,modèles climat,koonin,contestation

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jean-marc Bonnamy 01/06/2021 23:24

Je vous rappelle mon livre "Réchauffement climatique : le Pavé dans la mare" publié en 2018 et mes vidéos précédentes sur le même sujet "Accusé CO2 levez-vous" et "Ecologie et Réchauffement climatique" dans lesquels je démontre que le CO2 ne peut jouer aucun rôle dans quelques réchauffement climatique que ce soit du fait de la saturation de son effet de serre. Très brièvement un gaz à effet de serre absorbe certaines fréquences spécifiques des infrarouges émis par la Terre en fonction de leur concentration dans l'atmosphère, et retourne l'énergie correspondante à la Terre. La teneur a partir de laquelle 100% des IR sont ainsi bloqués est a teneur de saturation à partir de laquelle l'ajout de ce gaz n'a plus d'effet faute d'IR à absorber. Le critère de la saturation est la disparition des fréquences concernées dans le spectre électromagnétique de la Terre relevé depuis l'espace ce qui se vérifie pour le CO2 à partir des relevés publiés par le GIEC. Une analyse en termes plus rigoureusement scientifiques conduit au Théorème Fondamental qui établit que le réchauffement ne dépend que de deux facteurs, l'albédo et l'effet de serre.
Mon livre "Réchauffement Climatique: après le Pavé le brûlot" qui doit sortir incessamment reprend et approfondit la question. Un comité est en cours de formation pour militer de ce fait contre les absurdes, contraignantes et financièrement catastrophiques mesures anti-carbone. Les personnes intéressées à le rejoindre sont invitées à me contacter jmbonnamy@aol.com

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents