Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


"ON" vous espionne de plusieurs milliers de façons, et toutes ces informations vont maintenant dans des “systèmes de fusion” centralisés

Publié par jlduret sur 16 Février 2021, 13:23pm

Catégories : #Surveillance, #Big brother

"ON" vous espionne de plusieurs milliers de façons, et toutes ces informations vont maintenant dans des “systèmes de fusion” centralisés

 

Big Brother vous surveille.

Malheureusement, la plupart des gens ne réalisent pas à quel point le réseau de surveillance est devenu étendu. Lorsque vous vous rendez au travail ou à l’école en voiture, les lecteurs de plaques d’immatriculation suivent systématiquement vos déplacements.

Dans les grandes villes, des milliers de caméras de surveillance à la pointe de la technologie (dont beaucoup sont équipées d’une technologie de reconnaissance faciale) surveillent chacun de vos mouvements.

Si les autorités détectent que vous faites quelque chose de suspect, elles peuvent rapidement consulter votre casier judiciaire, financier et médical. Bien entendu, s’ils veulent creuser davantage, votre téléphone et votre ordinateur produisent en permanence un trésor de données de surveillance. Rien de ce que vous faites sur l’un ou l’autre n’est jamais privé.

 

 

Aidé par les géants technologiques

Dans le passé, la compilation de toutes ces informations prenait beaucoup de temps. Mais aujourd’hui, des géants technologiques comme Microsoft, Motorola, Cisco et Palantir vendent des “systèmes de fusion” aux gouvernements de toute la planète. Ces “systèmes de fusion” peuvent intégrer instantanément des données de surveillance provenant de milliers de sources différentes, ce qui a totalement transformé la manière dont les services répressifs sont menés dans nombre de nos plus grandes villes.

Arthur Holland Michel est chercheur principal au Carnegie Council for Ethics in International Affairs, et il a visité un “système de fusion” utilisé par la ville de Chicago appelé Citigraf

Il a cliqué sur “Enquêter”, et Citigraf s’est mis au travail sur l’agression signalée. Le logiciel fonctionne avec ce que Genetec appelle un “moteur de corrélation”, une suite d’algorithmes qui fouille dans les dossiers historiques de la police d’une ville et dans les flux de capteurs en direct, à la recherche de modèles et de connexions. Quelques secondes plus tard, une longue liste de pistes possibles apparaît à l’écran, y compris une liste d’individus précédemment arrêtés dans le quartier pour des crimes violents, les adresses des libérés sur parole vivant à proximité, un catalogue d’appels récents similaires à 911, des photos et des numéros de plaque d’immatriculation de véhicules qui ont été détectés en train de s’éloigner à toute vitesse de la scène, et des flux vidéo provenant de toutes les caméras qui auraient pu recueillir des preuves du crime lui-même, y compris celles montées sur les bus et les trains qui passent. Des informations plus que suffisantes, en d’autres termes, pour qu’un officier réponde à l’appel initial au 911 avec un sens quasi télépathique de ce qui vient de se passer.

Mais ces systèmes ne sont pas seulement utilisés pour traquer les criminels.

En fait, ils peuvent être utilisés pour enquêter sur n’importe qui.

A une autre occasion, Arthur Holland Michel a eu l’occasion de tester le “système de fusion” que Microsoft avait conçu pour la ville de New York

Le fonctionnaire de la police de New York m’a montré comment il pouvait obtenir le casier judiciaire de n’importe quel habitant de la ville, la liste de ses associés connus, les affaires dans lesquelles il était nommé comme victime d’un crime ou comme témoin, et, s’il avait une voiture, une carte thermique de l’endroit où il avait tendance à conduire et un historique complet de ses infractions de stationnement. Puis il m’a tendu le téléphone. Allez-y, m’a-t-il dit ; cherchez un nom.

Une foule de personnes me sont venues à l’esprit : Des amis. Des proches. Des ennemis… Finalement, j’ai choisi la victime d’une fusillade dont j’avais été témoin à Brooklyn quelques années auparavant. Il est apparu tout de suite, avec ce qui me semblait être une information plus personnelle que ce que moi, ou même un officier curieux, avions le droit de savoir sans ordonnance du tribunal. Me sentant un peu étourdi, j’ai rendu le téléphone.

Si c’est ce qui se passe dans les grandes villes comme Chicago et New York, pouvez-vous imaginer la technologie que les agences alphabet du gouvernement fédéral doivent maintenant posséder ?

Bien sûr, cela ne se passe pas seulement aux États-Unis.

De l’autre côté de l’Atlantique, un projet de surveillance européen commun, appelé ROXANNE, suscite de nombreuses inquiétudes

Acronyme de Real time netwOrk, teXt, and speaker ANalytics for combating orgaNized crimEil a été annoncé en novembre l’implication de la République dans le projet en cours de développement en Suisse.

Plate-forme basée sur la biométrie, censée surveiller et réprimer la criminalité organisée, ROXANNE permet en outre de surveiller les personnes coupables de discours haineux et d’extrémisme politique, une application supplémentaire dont ses créateurs font librement la publicité.

De nouvelles lois strictes contre les “discours haineux” et l'”extrémisme politique” sont en cours d’adoption dans toute l’Europe, et ce nouvel outil permettra de traquer les “criminels de la pensée”.

En particulier, ce nouvel outil permettra de surveiller fortement “les sites de médias sociaux tels que Facebook, YouTube ainsi que les plateformes de télécommunications normales”…

Produit de l’initiative Horizon 2020 financée par l’UE pour encourager les nouvelles technologies de surveillance, ROXANNE fonctionne sur les sites de médias sociaux tels que Facebook, YouTube ainsi que sur les plateformes de télécommunications habituelles pour identifier, classer et suivre les visages et les voix, ce qui permet aux autorités de brosser un tableau plus précis du réseau faisant l’objet de l’enquête, qu’il s’agisse d’activités criminelles ou de réseaux jugés politiquement extrêmes.

En permettant aux autorités d’utiliser des données brutes provenant de diverses sources et plates-formes afin de reconnaître des modèles de discours, des caractéristiques faciales et une géolocalisation communs, le résultat final est à la fois d’identifier les suspects et de brosser un tableau complexe des réseaux qui sont mis sous le microscope.

Ainsi, si vous vivez en Europe et que vous pensez être coupable d’un “crime de la pensée”(*) à un moment donné, vous voudrez peut-être vous débarrasser de votre téléphone et de votre ordinateur.

Sérieusement.

Les choses sont vraiment devenues si mauvaises là-bas, et ce n’est qu’une question de temps avant que la folie n’atteigne le même niveau aux États-Unis, parce que nous suivons exactement la même voie.

Ici, aux États-Unis, de plus en plus de voix politiques sont “déplateformées” chaque jour. Le journaliste progressiste Jordan Chariton a d’abord applaudi la déplateformation des conservateurs, mais il regrette aujourd’hui ses appels à la censure, maintenant que YouTube a retiré l’une de ses vidéos

Cependant, après que YouTube ait retiré de sa propre chaîne une vidéo présentant des images de l’émeute du 6 janvier pour avoir violé les politiques de la plateforme contre le “spam et les pratiques trompeuses”, Chariton a fait marche arrière.

“Avec du temps pour réfléchir, et en voyant l’assaut de la censure de la Silicon Valley, je regrette ce tweet fait dans le feu de l’action”, a écrit le journaliste progressiste. “Si certains réseaux câblés/YouTube trompent le public avec des affirmations malhonnêtes manquant de preuves réelles, ils ne devraient pas être ciblés.”

Tout cela est amusant et ludique quand cela arrive à “l’autre côté”, mais quand cela vous arrive, cela devient soudainement réel.

Ils veulent vraiment contrôler ce que nous faisons, disons et pensons tous, et la grille de surveillance Big Brother devient chaque année plus étouffante.

Si nous ne mettons pas de limites à cette technologie tant que nous le pouvons encore, ce n’est qu’une question de temps avant que notre société ne devienne un cauchemar dystopique bien plus horrible que tout ce que George Orwell a jamais osé imaginer.

Traduction du blog The American Dream par Aube Digitale

(*) Référence à "1984" l'ouvrage d'ORWELL

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Philippe Giraudin 16/02/2021 15:05

Comme d'habitude aucun outil n'est bon ni mauvais. Si ce type d'outil est utilisé pour traquer les délits, les crimes, les "incivilités" ( je n'aime pas cet euphémisme...) il est le bien venu pour éviter les crimes terroristes et autres menaces.

jlduret 16/02/2021 16:25

C’est oublier un peu vite que de tels systèmes en de mauvaises mains peuvent vous voir classer comme « négationniste «  de n’importe quelle fantaisie d’Etat et vous voir condamner. Regarder ce qui se passe en Chine et rêvez que boys êtes à l’abri, c’est faire preuve de beaucoup de naïveté. Renoncer à sa Liberté pour plus de sécurité ce sera au total n’avoir ni l’un ni l’autre.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents