Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


La guerre silencieuse de la Chine communiste contre l’Amérique

Publié par jlduret sur 16 Juillet 2020, 09:18am

Catégories : #Chine

NDLR : Sympas les chinois ! On comprends mieux le "bannissement" de Huawei en occident !  (cliquer pour lire l'article Huawei et ses menaces)

Furtivement, subrepticement et avec une grande précision, le Parti communiste chinois (PCC) a entrepris une guerre de plusieurs décennies contre l’Amérique pour dominer le monde en utilisant une stratégie militaire connue sous le nom de « guerre sans restrictions » qui se poursuit encore aujourd’hui.

À l’insu de la majorité de la population, le PCC a infiltré presque tous les grands domaines de la vie aux États-Unis, ne laissant pratiquement aucune industrie intacte. Bien que cette menace n’ait pas été détectée, ses effets sur la nation et ses conséquences géopolitiques sont considérables.

Contournant les offensives traditionnelles de confrontation militaire directe qui sont devenues quelque peu dépassées à notre époque, cette stratégie non conventionnelle est devenue centrale dans l’approche du régime communiste en matière de guerre.

Cette stratégie est mise en évidence dans le livre « Unrestricted Warfare », publié en 1999 par deux colonels de l’armée de l’air chinoise – Qiao Liang et Wang Xiangsui – et par l’Armée de libération du peuple, les forces armées du PCC. Le livre, qui a été traduit en anglais, est basé sur les documents originaux de l’armée.

Pékin utilise un ensemble de tactiques subversives, y compris, mais sans s’y limiter, la guerre de propagande, la guerre culturelle, la guerre mémétique, les opérations de front, l’infiltration politique, la guerre technologique et des télécommunications, la guerre juridique, l’espionnage économique, l’espionnage éducatif, la cyberguerre et la guerre des sanctions.

L’exploitation, l’infiltration et l’espionnage sont tous des thèmes récurrents. Le PCC les emploie tous, à des degrés divers, simultanément dans de multiples secteurs de la société afin de saper ou d’influencer les États-Unis – leur principal obstacle à la domination mondiale.

Si certains exemples sont plus évidents, comme la longue histoire de la Chine en matière de vol de propriété intellectuelle et de pratiques commerciales déloyales avec les États-Unis, d’autres qui utilisent ce qu’elle appelle le « soft power » sont plus difficiles à détecter.

L’une de ces voies est celle des Instituts Confucius (IC), soutenus par le Parti, qui infiltrent et opèrent sur les campus universitaires américains afin de renforcer l’image du PCC. Il vise également à promouvoir un objectif de politique étrangère qui consiste à faire du régime non seulement une superpuissance économique, mais aussi culturelle.

Les IC ont attiré l’attention des législateurs, des organisations nationales et du FBI sur les allégations selon lesquelles le programme porte atteinte à la liberté académique. Les IC ont été accusées de promouvoir la propagande communiste chinoise sous prétexte de promouvoir la langue et l’histoire chinoises. Il existe des milliers d’IC dans le monde entier et, selon un recensement, au moins 75 en Amérique. [Note : Il y en a 17 en France]

D’autres exemples sont plus flagrants : un ancien directeur du département de chimie de l’université de Harvard a récemment été accusé d’avoir fait de fausses déclarations sur les fonds qu’il a reçus de Chine à un citoyen chinois qui a été reconnu coupable d’espionnage économique, de vol de secrets commerciaux et de conspiration.

Dans ce dernier cas, un homme identifié comme étant Hao Zhang, 41 ans, a été trouvé coupable d’avoir tenté de voler des secrets commerciaux à deux entreprises américaines « au profit de la République populaire de Chine », selon le ministère de la justice. Zhang a volé des informations spécifiquement liées aux caractéristiques des appareils sans fil.

L’espionnage économique « est une menace omniprésente dans l’ensemble des États-Unis, en particulier dans la région de la baie de San Francisco et dans la Silicon Valley, qui est le centre de l’innovation et de la technologie », a déclaré John F. Bennett, agent spécial chargé de la division de San Francisco du FBI, à propos de l’affaire impliquant Zhang.

Le programme Mille Talents, l’un des programmes de recrutement de talents ou de « brain gain » les plus connus du PCC, encourage le vol de la propriété intellectuelle des institutions américaines, selon le FBI. En offrant des salaires compétitifs, des installations de recherche de pointe et des titres honorifiques, ces programmes attirent les talents étrangers en Chine, « même si cela implique de voler des informations exclusives ou de violer les contrôles à l’exportation pour ce faire », déclare le FBI.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a déclaré en 2018 que le bureau tentait de considérer le danger posé par la Chine « comme une menace non seulement pour l’ensemble du gouvernement, mais aussi pour l’ensemble de la société ». Pour contrer efficacement la stratégie de la Chine, Wray a déclaré que les États-Unis doivent également employer une « réponse de l’ensemble de la société ».

Walter Lohman, directeur du Centre d’études asiatiques de la Fondation Heritage, a déclaré que les États-Unis ont traité avec soin les « sensibilités » de la Chine, mais n’ont rien reçu en retour.

« Le comportement agressif de la Chine au cours des 15 dernières années environ n’a fait qu’empirer, malgré nos meilleurs efforts », a-t-il déclaré à Epoch Times.

La Chine représente actuellement la plus grande menace pour les États-Unis parce qu’elle est « puissante sur toute la gamme des indicateurs, et … menace directement tant d’intérêts américains, comme nos réseaux de communication, comme Taiwan, la liberté à Hong Kong, et la liberté des mers », a-t-il dit.

Le PCC a également promu et poussé ses entreprises de télécommunications, telles que Huawei et ZTE, ainsi que des applications chinoises comme TikTok et Zoom, aux États-Unis et dans le monde entier.

Les législateurs et les responsables américains ont commencé à prendre conscience des menaces que ces entreprises chinoises font peser sur la sécurité nationale. En juin, la Commission fédérale des communications (FCC) a officiellement désigné Huawei et ZTE comme des menaces pour la sécurité nationale, interdisant ainsi l’accès à l’argent du Fonds de service universel de la FCC, doté de 8,3 milliards de dollars par an, pour acheter ou modifier tout équipement ou service fourni par les fournisseurs.

L’une des raisons de cette décision, comme le fait remarquer le président de la FCC, Ajit Pai, est que les deux sociétés sont étroitement liées au PCC et à son appareil militaire, dans la mesure où elles « sont largement soumises à la loi chinoise qui les oblige à coopérer avec les services de renseignement du pays ». Les deux sociétés nient ce fait.

La société chinoise TikTok, qui a connu une croissance fulgurante aux États-Unis, a également été récemment surprise en train de lire secrètement les données du presse-papiers des utilisateurs, bien que l’application affirme maintenant avoir résolu le problème. Des inquiétudes similaires existent à propos de Zoom, car les chercheurs ont découvert que des clés de cryptage étaient transmises à des serveurs en Chine.

Alors que les États-Unis intensifient leurs efforts pour contrer les menaces de Pékin, le régime communiste intensifie simultanément ses propres efforts agressifs par l’intermédiaire du département du travail du Front uni du PCC.

Cette unité coordonne des milliers de groupes pour mener des opérations d’influence politique à l’étranger, réprimer les mouvements dissidents, recueillir des renseignements et faciliter le transfert de technologies d’autres pays vers la Chine, selon un rapport de juin de l’Institut australien de politique stratégique.

Ses initiatives d’influence politique visent les élites étrangères, y compris les politiciens et les cadres d’entreprises, et sont souvent de nature secrète, selon le rapport. Les communautés chinoises d’outre-mer sont également des cibles importantes, le parti cherchant à coopter et à contrôler les groupes communautaires, les associations d’entreprises et les médias en langue chinoise.

Alex Joske, l’auteur du rapport, a déclaré que le travail du Front uni à l’étranger équivaut à une « exportation du système politique du PCC ». Ses efforts « sapent la cohésion sociale, exacerbent les tensions raciales, influencent la politique, nuisent à l’intégrité des médias, facilitent l’espionnage et augmentent les transferts de technologie non supervisés », selon le rapport.

Avec ces entreprises soutenues par le PCC, le régime tente d’exercer son influence sur l’ensemble du globe, et pas seulement sur les États-Unis. Parmi les grands programmes soutenus par le régime qui jouent également dans le cadre de ses ambitions internationales, citons son initiative « Nouvelle route de la Soie » et son plan « Made in China 2025 ».

Le PCC, par le biais de la Nouvelle route de la soie (NRS), a injecté des milliards de dollars dans les pays à faible revenu afin de construire leurs projets d’infrastructure. Depuis 2013, l’initiative a lancé plus de 2 900 projets d’une valeur de 3,87 billions de dollars. La NRS a été qualifiée de « piège de la dette » en raison des pratiques de prêt prédatrices de Pékin, qui rendent les pays vulnérables aux campagnes d’influence agressives de la Chine.

Au cours des deux dernières décennies, la Chine est devenue un important prêteur mondial, avec un encours de dette dépassant 5 500 milliards de dollars en 2019, soit plus de 6 % du produit intérieur brut mondial, selon un rapport de l’Institut de finance internationale.

Et le plan industriel « Made in China 2025 » du PCC, qui a été déployé en 2015, vise à faire du pays un concurrent mondial dans 10 secteurs technologiques d’ici 2025. Fin 2018, Pékin a également lancé les « Normes chinoises 2035 » afin d’accélérer les efforts pour devenir le leader dans les secteurs technologiques en plein essor tels que les grandes données, l’intelligence artificielle et l’Internet des objets (IoT).

Dans le même temps, un rapport publié en mars a déterminé que Pékin exploitait la pandémie mondiale de virus PCC, qui a éclaté pour la première fois à Wuhan, en Chine, pour faire avancer ses objectifs économiques et réaliser ses ambitions plus larges.

« Pékin a l’intention d’utiliser la dislocation et le ralentissement mondiaux pour attirer les investissements étrangers, pour s’emparer de parts de marché et de ressources stratégiques, en particulier celles qui forcent la dépendance [de la Chine] », indique le rapport d’Horizon Advisory, une société de conseil indépendante basée aux États-Unis. Le groupe a examiné les politiques et les avis récemment annoncés par les agences du gouvernement central chinois, les gouvernements régionaux et les instituts de recherche.

Alors qu’un nombre croissant de pays expriment leur colère et leur frustration face à la gestion bâclée de l’épidémie par Pékin, exacerbée par une vaste opération de dissimulation, les réactions s’intensifient également contre les efforts déployés par la Chine pour se présenter comme un leader mondial dans la lutte contre la pandémie.

Pour améliorer son image, Pékin a envoyé un grand nombre d’experts médicaux et de fournitures telles que des masques et des respirateurs dans des pays où ils étaient désespérément nécessaires.

Mais les produits livrés se sont souvent révélés défectueux, ne laissant aux pays d’autre choix que de rejeter les équipements défectueux. Les Pays-Bas, l’Espagne, la Turquiela Finlande, le Royaume-Uni et l’Irlande ne sont que quelques-uns des pays qui ont reçu des équipements jugés inutilisables.

« Des sources chinoises faisant autorité affirment explicitement que les ravages et les bouleversements économiques créés par COVID-19 donnent à la Chine l’occasion d’étendre sa domination sur les marchés et les chaînes d’approvisionnement mondiaux, tant dans l’économie réelle que dans le domaine virtuel », indique le rapport Horizon Advisory. « Ils soulignent également que la crise actuelle permettra à Pékin de renverser les efforts des États-Unis pour protéger ses systèmes, et ceux de ses alliés, contre la Chine ».

Traduction de Epoch Times par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Nicolas de Cuse 24/07/2020 14:35

Grosso modo, tout ce qui est dit de la Chine est vrai des USA et/ou d'Israël vis-à-vis des USA et même du monde. Bref, les Chinois sont justes "dans le coup" et ils ne s'en laissent pas compter par l'Hegemon, la nation à la "destinée manifeste" ! ;-)

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents