Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


L'intensité et la fréquence des tempêtes n'augmentent pas.

Publié par jlduret sur 18 Février 2020, 08:53am

Catégories : #Tempêtes

L'intensité et la fréquence des tempêtes n'augmentent pas.
Aucune tendance de long terme sur la fréquence et l’intensité des tempêtes, selon Météo France.

Après avoir balayé le nord et l’Est de l’Europe la tempête Ciara a provoqué dans son sillage des vents violents dans les Alpes-Maritime et en Haute-Corse accompagnés d’une douceur remarquable et d’un assèchement de l’air sous le vent de la montagne (effet de foehn) augmentant le risque d’incendie.

Il s’agit d’une configuration météorologique rare mais constitutive du climat azuréen et corse selon Météo-France. Le dernier événement de ce type avait eu lieu fin février 1990 à l’occasion de la tempête Viviane qui avait abouti à un record mensuel de chaleur à Bastia avec 23,9 °C le 27 février.

Les tempêtes en France ne sont recensées de façon fiable que depuis le début des années 1980. En nous basant sur les données fournies par Météo France, nous avons cherché à savoir si 40 années d’historique mettent en évidence une tendance à l’aggravation. Il s’avère qu’il n’en est rien, ni pour la fréquence ni pour l’intensité.

Une grande variabilité annuelle et pluri annuelle recouvrant une légère tendance à la baisse

La figure ci-dessus présente l’évolution du nombre annuel de tempêtes entre 1980 et 2018. Le nombre d’évènements varie fortement d’une année à l’autre mais aussi sur un pas de temps multi-annuel.

Répartition annuelle du nombre de tempêtes Source Météo France

On note ainsi :

  • une forte activité dans les années 1980, notamment de 1986 à 1990 ;
  • une faible activité dans les années 2000, notamment de 2000 à 2005;
  • une reprise de l’activité ces dernières années.

Sur l’ensemble de la période, une légère tendance à la baisse est observée.

Les tempêtes les plus sévères ont eu lieu au cours de la décennie 1990-1999

Le graphique ci-dessous représente les 40 tempêtes majeures observées en France depuis 1980 en terme de sévérité (indice SSIs[1]).

Recensement des 40 tempêtes majeures en France de 1980 à juin 2019. Les différentes couleurs indiquent les décennies d’occurrence 1980-1989, 1990-1999, 2000-2009 et 2010-2018 (Source Météo France)

Comme précédemment, on constate que le nombre d’événements majeurs a été plus important pendant les décennies 1980-1989 et 1990-1999 que depuis les années 2000. Aucune tendance climatique ne peut être établie sur l’évolution de leur intensité commente Météo France.

Parmi les 335 tempêtes répertoriées depuis 1980 :

  • 9 apparaissent comme exceptionnelles;
  • 33 tempêtes sont considérées comme fortes ;
  • 293 comme modérées.

Le graphique suivant présente les 25 tempêtes majeures survenues entre 1980 et juin 2019.

Les 25 tempêtes majeures en métropole de 1980 à juin 2019 (Source météo France)

On constate que sur les 10 tempêtes dites exceptionnelles, une est survenue pendant la décennie 2000-2010 (Xynthia ), deux pendant la décennie 1990-1999 (Lothar et Martin) et 7 pendant la décennie 1980-1990.

Absence de lien avec le réchauffement climatique

Le 5e rapport du GIEC (GIEC, 2013) n’accordait qu’un faible degré de confiance à la projection de l’évolution des trajectoires des tempêtes dans l’hémisphère Nord.

Les études actuelles ne permettent pas de mettre en évidence une tendance future notable sur l’évolution du risque de vent violent lié aux tempêtes. Les projections ne montrent en effet aucune tendance significative de long terme sur la fréquence et l’intensité des tempêtes que ce soit à l’horizon 2050 ou à l’horizon 2100.

Météo France

[1] L’indice de sévérité SSI : l’indice SSI (Storm Severity Index) permet de caractériser au mieux les effets des vents forts à la meilleure résolution spatiale et temporelle, mais son calcul n’est possible qu’après 1995, date de disponibilité des données d’observations horaires. Pour cette raison il n’a pas été retenu pour l’étude de nos tempêtes. Toutefois, les cartes de sévérité basées sur cet indice sont proposées dans les fiches Tempêtes historiques dont la date est postérieure à 1995. Un événement tempête est qualifié de exceptionnel pour un indice SSIs supérieur à 12 ; fort pour un indice SSIs compris entre 4 et 12 ; modéré pour un indice SSIs inférieur à 4.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents