Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


Il serait plus sûr et plus efficace de s'adapter à "l'évolution climatique", plutôt que la combattre

Publié par jlduret sur 2 Décembre 2019, 18:38pm

Catégories : #Evolution climatique

Il serait plus sûr et plus efficace de s'adapter à "l'évolution climatique", plutôt que la combattre
 

Toujours traduite en français par fm06, voici la deuxième partie de ma présentation au Parlement de Bruxelles du 20 novembre lors de l’événement organisé par Clintel. (La première partie est ici.)

Répétons-le à nouveau : il n’y a pas d’urgence climatique. 

Nous ne devons donc pas parler de « réchauffement global », de « changement climatique » ou de « crise du climat », mais d’évolution climatique

L’Évolution est un des paradigmes les plus importants de notre époque. Ce sont les idées de Darwin qui nous ont fait comprendre que non seulement, comme Copernic l’avait compris au XVIème siècle, notre place dans l’univers n’a rien de particulier dans l’espace, mais qu’elle n’a rien de particulier non plus dans le temps.

Les choses aujourd’hui sont différentes de ce qu’elles étaient hier. Demain elles seront différentes de ce qu’elles sont aujourd’hui : telle est la loi fondamentale de la vie sur Terre.

Une telle loi devrait nous faire admettre qu’il n’y a pas et qu’il n’y a jamais eu d’« âge d’or du climat ». Comme l’histoire nous l’enseigne, aucun des climats que nous autres humains avons eu à connaître avant le XXe siècle ne se rapprochait d’un jardin d’Eden climatique.

La règle de la nature est celle du changement, mais nous désirons tellement un monde immuable que nous tâchons désespérément de nous raccrocher à quelque chose qui ne bouge pas. Alors nous disons que le monde doit changer… mais seulement d’une manière stable.

Cela nous amène à un autre paradigme essentiel de notre époque : dans la nature, le changement ne se produit pas de façon régulière.

Il est remarquable que la théorie du chaos et son emblématique « effet papillon » soient apparus lorsque les chercheurs ont commencé à étudier les sciences du climat, mais aussi l’écologie et la biologie des populations. Il est assez ironique que ce soient ces sciences elles-mêmes qui doivent désormais réintégrer l’une des principales conséquences de ce qu’elles ont découvert : la manière dont le monde change est elle-même changeante.

Cela ne veut pas dire que nous n’avons aucun problème, ou que nous aurions le droit de polluer ou de détruire l’environnement.

En revanche, cela veut dire que nous ne devons pas avoir peur par principe du changement. Celui-ci peut aussi être favorable. Même quand tel n’est pas le cas, dans notre monde chaotique la politique la plus raisonnable est de s’adapter plutôt que de faire semblant de croire que nous pouvons tout maîtriser. 

Nous devons aussi admettre que nous, les habitants du XXIème siècle, disposons de considérablement plus de richesses, de plus de connaissances et de plus de moyens de nous adapter que nous n’en avons jamais eu.

Nous ne réussirons pas en nous effrayant pour de mauvaises raisons. Notre responsabilité est de rendre notre monde plus prospère et plus épanouissant pour toute l’humanité.

NDLR : Mais l'Eglise Réchauffiste n'entend pas que l'on s'adapte, elle veut que l'on régresse à cause d'une faute primordiale que serait le RCA. On va donc continuer à appauvrir les pauvres, qui sont ceux qui souffrent le plus de cette politique, car elle grignote à coup de taxes leur pouvoir d'achat disponible _ce qui leur reste quand les dépenses obligatoires sont payées_. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents