Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


"1984" d'Orwell ou "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley ?

Publié par jlduret sur 30 Août 2019, 17:44pm

Catégories : #big brother, #Orwell

"1984" d'Orwell ou "Le meilleur des mondes" d'Aldous Huxley ?
 

Je vois très souvent des gens nous avertir que les Etats-Unis sont en train de devenir un « cauchemar orwellien » ou que nous vivons dans un pays qui est en train de sombrer dans un nouveau « 1984 ».

Je pense qu’ils ont tort. C’est pire que ça.

Ici, aux États-Unis, nous regardons ce que fait la Chine comme s’il s’agissait d’une émission de télé-réalité. Voir ce qu’ils font avec la surveillance et leur système de note sociale comme si on regardait une sorte de série de divertissement dystopique tirée du livre de George Orwell, 1984. Notre dystopie naissante n’est pas aussi ouvertement dystopique qu’Orwell l’avait averti, et c’est là que réside le problème.

Si vous n’avez pas lu 1984, vous devriez vraiment.

Je ne suis pas vraiment fan de l’intrigue puisque c’est plutôt merdique, mais le message passe quand même, et cela vous donnera une idée de la raison pour laquelle les gens y font tant référence quand ils parlent de gouvernements qui tournent mal.

Ensuite, procurez-vous une copie du Meilleur des mondes d’Aldous Huxley et vous commencerez à voir le problème. L’histoire est un peu plus intéressante, mais pas vraiment. Le message est cependant plus approprié.

1984 se concentre sur un gouvernement qui bannit l’information et règne avec une botte de cuir sur la gorge, alors que le Meilleur des mondes est un système qui se glisse lentement dans notre vie comme une drogue. 

En d’autres termes, Orwell nous a mis en garde contre une dystopie que nous ne pourrions pas arrêter, Huxley nous a mis en garde contre une dystopie que nous ne voudrions pas arrêter.

Les Etats-Unis ne deviennent pas Orwelliens, ils deviennent Huxleyiens.

Les systèmes de note sociale arrivent

En 2013, la Chine a lancé son système de note sociale, coordonné par la Central Comprehensively Deepening Reforms Commission. Ce qu’ils prévoient faire d’ici l’an prochain, c’est d’avoir un système de note complet sous un même toit qui couvrira à peu près tout dans la vie de ses citoyens. C’est déjà bien parti.

Dans ce système, votre vie est mesurée en fonction de la mesure dans laquelle vos actions s’harmonisent avec la vision du Parti sur ce que vous devriez faire et à quelle fréquence. C’est un peu comme le pointage que votre courtier hypothécaire obtient lorsque vous achetez une maison, mais au lieu de décider si vous êtes autorisé à emprunter de l’argent, ce système décide de plus en plus si vous pouvez faire quelque chose.

Une bonne note sociale ? Vous pourrez voyager librement à travers le pays et obtenir les emplois que vous voulez et vivre dans de meilleurs quartiers, et vos enfants fréquenteront de meilleures écoles.

Une mauvaise note sociale ? Vous serez de plus en plus limités dans vos choix et dans votre confort de vie jusqu’à ce que vous vous remettiez enfin dans le droit chemin avec les autres.

Ça a l’air d’être un bon plan, non ?

Le « plus gros » problème, c’est que ces libertés dont vous jouissez seront bafouées sans une procédure régulière. Le système de note sociale est un système très nébuleux et flou qui manque de transparence. De plus, si vous vous prononcez contre le gouvernement ou si vous êtes considéré comme une menace, vous pourriez facilement vous retrouver sans emploi ou sans argent et incapable de voyager – et non seulement cela pourrait se faire sans aucune preuve que vous avez fait quoi que ce soit d’illégal – cela pourrait se produire complètement en coulisse.

Parce qu’il n’y a pas de procédure judiciaire, vous n’avez d’autre recours que de retomber dans le droit chemin et d’espérer qu’ils vous redonnent votre vie.

Et alors ? Nous n’avons pas de note sociale ici aux États-Unis et nous ne permettrions pas une telle chose, n’est-ce pas ?

Faux. Le système gouvernemental de la Chine leur permet de s’inspirer du règlement de 1984, mais notre système est pire. Dans ce cas, ce n’est pas directement le gouvernement qui pose problème, ce sont les Big Tech.

Le meilleur des mondes des Big Tech

Nos vies sont maintenant imprégnées de médias sociaux et d’entreprises qui exploitent le contenu créé par les utilisateurs pour faire de l’argent. Au lieu de recevoir nos nouvelles d’agences de presse de confiance, nous les recevons maintenant de nos chambres d’écho sur Facebook.

Si nous voulons explorer le passé, nous allons sur Google et « vérifions les faits ».

Maintenant, une partie du problème ici est que les chaînes de nouvelles des médias de masse ont depuis longtemps cessé d’être des nouvelles, et ont jeté leur éthique en échange de revenus publicitaires. C’est une grosse affaire. Cependant, la situation s’aggrave.

Facebook et Google ont tous deux été pris en flagrant délit de censure d’informations qu’ils ne jugent pas à leur goût. Maintenant, il s’agit d’entreprises privées et nous n’avons pas à les utiliser, mais ce sont essentiellement des monopoles qui sont autorisés à exister.

En laissant tomber certains points de vue plus bas dans l’algorithme ou même en les bloquant complètement, vous n’obtenez plus aucune sorte de vision équilibrée du monde. Vous commencez à voir les choses comme ils le veulent.

Notre système croissant de crédit social

Depuis un certain temps déjà, nous nous sommes habitués aux systèmes de crédit créés par les utilisateurs tels que Yelp et Amazon reviews. Ils sont très utiles pour décider quel produit acheter ou quel service utiliser. Ils sont aussi très peu fiables et facilement falsifiables.

Cette idée d’examen est en train d’être étendue à d’autres systèmes. Uber vous permet d’évaluer votre conducteur pour que les autres puissent avoir une meilleure expérience de conduite ou éviter quelqu’un qui sent mauvais ou ennuyeux.

Airbnb vous permet de vous renseigner sur les lieux et les propriétaires pour vous donner une meilleure idée de ce que sera le séjour.

Saviez-vous que vous êtes également évalué lorsque vous utilisez ces services ?

Uber permet aux conducteurs d’évaluer leurs passagers. Si votre score chute jusqu’à un certain point, Uber vous interdira d’utiliser leur système. Airbnb est encore pire en ce qui concerne les comptes bannis :

« Cette décision est irréversible et affectera tous les comptes en double ou futurs. Veuillez comprendre que nous ne sommes pas obligés de fournir une explication pour les mesures prises à l’encontre de votre compte. »

Ils peuvent vous bannir à vie, sans explication, et vous n’avez aucun recours.

Et alors ? Lisez ce qui suit.

Plus tôt cette année, le Département des services financiers de New York a déclaré dans ses lignes directrices qu’il autorisera les compagnies d’assurance à utiliser des moyens non traditionnels (qui pourraient potentiellement, et peuvent même déjà inclure à la fois des messages de médias sociaux et des informations provenant d’endroits comme Uber ou Airbnb) pour déterminer votre risque et le coût et la seule condition est qu’elles ne peuvent l’utiliser spécifiquement pour viser les classes protégées :

Un assureur ne devrait pas utiliser une source de données externe, un algorithme ou un modèle prédictif à des fins de souscription ou de tarification à moins qu’il ne puisse établir que la source de données n’est pas fondée sur la race, la couleur, la croyance, l’origine nationale, le statut de victime de violence familiale, un voyage légal antérieur, l’orientation sexuelle ou toute autre catégorie protégée.

Ils ont ajouté à cela dans un communiqué de presse, déclarant :

…l’utilisation de sources de données externes par les assureurs peut profiter aux assureurs et aux consommateurs en simplifiant et en accélérant les processus de vente et de souscription d’assurance-vie. Les sources de données externes peuvent également permettre une tarification et une tarification plus précises de l’assurance-vie.

L’avenir qui nous attend

Comme ces systèmes de notation continuent d’être de plus en plus répandus et que les entreprises, les agences et les gouvernements se réfèrent de plus en plus à ces notes, ils continueront à éroder vos libertés et ces libertés pourraient facilement être limitées par une personne ayant un programme, manipulant délibérément votre note.

Parce que ces systèmes ne sont pas réglementés et ne font l’objet d’aucune forme de surveillance efficace, ils sont mûrs pour l’usage abusif et la manipulation.

Vous n’aurez plus de protection contre les punitions pour avoir vécu la vie que vous vivez actuellement ou pour avoir parlé ouvertement.

Nos lois qui vous protègent contre de telles invasions ne s’appliquent pas à ce nouveau système de gouvernement de facto que nous autorisons.

Au fur et à mesure que nous nous habituerons à ce score de plus en plus global qui peut affecter notre vie et nos libertés, nous serons plus disposés à suivre les directives mises en place pour obtenir de meilleurs scores, qu’il s’agisse d’acheter les bonnes choses, de dire les bonnes choses ou pire encore, de ne pas dire les mauvaises choses.

Au fur et à mesure que nous verrons plus de valeur dans ces systèmes, non seulement nous cesserons de nous battre contre eux, mais nous mendierons bientôt pour eux.

Nous ne vivons peut-être pas dans 1984, mais il ne fait aucun doute que le Meilleur des mondes se profile à l’horizon.

Source: The Organic Prepper Blog, Traduction par Aube Digitale

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents