Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


L’Eurozone sombre dans la croissance molle en 2019

Publié par jlduret sur 4 Avril 2019, 07:34am

 

Les perspectives de croissance de la Zone euro sont révisées à la baisse et la France, élève médiocre, glisse doucement à la périphérie.

L’équilibre financier des Etats et du secteur bancaire de la Zone euro est porté à bout de bras par la BCE, laquelle a absolument besoin de croissance économique pour continuer d’espérer pour normaliser, un jour, sa politique monétaire. Malheureusement, les derniers chiffres laissent à penser que ce ne sera pas demain la veille.

Le 7 février, on apprenait que la Commission européenne revoyait à nouveau son estimation de croissance pour l’Eurozone en 2018 à seulement 1,9% (contre 2,1% auparavant).

Lors de sa réunion du 7 mars, la BCE annonçait qu’elle ne tablait plus que sur une croissance de 1,1% en 2019 (contre 1,7% précédemment), et de 1,6% en 2020 (contre 1,7% auparavant). Les perspectives de croissance étant maintenues à 1,5% pour 2021.

Concernant l’inflation, toutes les prévisions sont également réduites puisqu’on serait désormais autour de 1,7% en 2018, 1,2% en 2019, 1,5% en 2020 et 1,6% en 2021.

 

zone euro : bruxelles revoit à la baisse prévision de croissance 2019

Certaines banques, comme Morgan Stanley, avaient déjà abaissé dès début février leurs estimations de croissance de la Zone euro à 1% pour 2019.

 

Morgan Stanley abaisse prévision de croissance zone euro

Un graphique de Nordea illustre ces projections au rythme trimestriel.

 

croissance trimestrielle en zone euro graphique Nordea

Mais en Zone euro, lorsque l’on parle de croissance, les révisions à la baisse sont la coutume. Il s’agit même d’une quasi-constante depuis 2008.

Comme indiqué en commentaire à ce graphique d’Oxford Economics :

« Les prévisions du PIB, tant réel que potentiel, ont été systématiquement révisées à la baisse après 2008, ce qui indique que la crise a entraîné une perte de production permanente. Ce phénomène est également observé dans les autres économies avancées, mais la Zone euro en a particulièrement souffert avec sa récession à double creux. »

 

graphique PIB réel et potentiel en zone euro

Autant dire que vous pouvez sans trop de risques vous attendre à de nouvelles révisions à la baisse.

 La France oscille entre mauvais et médiocre

La France, l’un des mauvais élèves qui faisait baisser la croissance moyenne de la Zone euro depuis 2015, devrait améliorer son score en 2019, devenant au passage un simple élève médiocre. La Commission prévoit en effet que le PIB français augmentera de 1,3% cette année (contre 1,5% en 2018 et 2,2% en 2017), ce qui correspond aux projections de l’INSEE.

 

PIB par pays de l'Union européenne

Si l’on lève quelques instants le nez du guidon pour s’intéresser aux analyses prospectives de PricewaterhouseCoopers à horizon 2050 (publiées en février 2017), on constate que dans 30 ans, la France ne devrait plus faire partie des dix plus grandes économies mondiales.

 

liste des pays qui auront les plus importants PIB en 2050

Voici quelle était la situation en 2018, selon le FMI.

 

Pays ayant les plus gros PIB en 2018

Cette dégringolade dans le classement économique de la planète ne veut bien sûr pas dire que notre pouvoir d’achat aura diminué d’ici-là (nos voisins suisses n’ont pas besoin de figurer dans ce classement pour avoir un niveau de vie beaucoup plus élevé que le nôtre !).

Cela signifiera avant tout que des pays émergents beaucoup plus peuplés auront continué de se développer et à rattraper leur retard sur notre niveau de vie.

Vous devez toujours prendre avec circonspection ces « agrégats statistiques » qu’aiment tant manier les économistes mais qui oublient les individus.

Voici comment les choses pourraient évoluer en termes de PIB réel par habitant en parité de pouvoir d’achat (ppa), c’est-à-dire le niveau de vie de chacun de nous.

 

PIB par habitant PPA prévu en 2050

Pour mieux cerner l’amélioration anticipée du pouvoir d’achat du Français moyen et l’effet de rattrapage au sein des pays émergents, je vous propose enfin ce graphique, qui représente l’évolution du PIB par habitant en ppa pour les économies du G7 et pour les économies du E7 (« E » comme « émergentes ») entre 2016 et 2050.

 

PIB par habitant PPA pour le G7 et le E7

La France "ne rattrape pas"

Vous noterez que la France (67 millions d’habitants) n’est pas partie pour rattraper des pays pourtant comparables au nôtre en termes de population, comme par exemple le Royaume-Uni (66 millions d’habitants).  Pourtant, de nombreux observateurs nous prédisent pour ce pays une Bérézina économique suite au Brexit.

Edmen Bible LNR [NDLR : Comment améliorer votre pouvoir d’achat contre vents et marées ? Lisez notre Bible des Revenus et assurez-vous une rente quoi que nous réserve l’avenir économique : tout est expliqué ici.]

A ce sujet, les auteurs de l’étude PwC – qui ne sont pas des politiques – écrivent que « la croissance du Royaume-Uni pourrait dépasser le taux [de croissance] moyen de l’UE27 après l’impact transitoire du Brexit, bien que nous prévoyions que la grande économie de l’UE qui connaîtra la croissance la plus rapide sera la Pologne. »

Voici comment les choses pourraient se dérouler en termes de taux de croissance réelle moyenne annuelle du PIB, entre 2016 et 2050. Je précise que les auteurs excluent toute crise économique ou financière d’ampleur dans les années à venir, ce qui nous place dans le scénario « miraculeux » évoqué par Nassim Taleb.

 

Croissance du PIB réel en moyenne annuelle prévue entre 2016 et 2050

En France, nous connaîtrions en moyenne 1,3% de croissance réelle du PIB (comme aux Etats-Unis), contre 1,5% au Royaume-Uni, en Allemagne, aux Pays-Bas mais également en Espagne, et 2,5% en Pologne. Seule l’Italie fait pire que la France au sein des pays de la zone euro considérés dans cette étude.

De là à dire que la France devient un pays « périphérique » de la Zone euro, il n’y a qu’un pas, que Natixis avait déjà franchi au mois d’octobre 2018Si l’on n’assiste à aucun changement politique d’envergure, « l’avenir » de notre économie est « dans son rétroviseur », pour reprendre la formule de Bruno Bertez.

Je doute que cela soit suffisant pour vous consoler, cher lecteur, mais sachez tout de même que la Chine ne serait plus quant à elle qu’à 3,1% de moyenne annuelle d’ici 2050, et que le Vietnam enregistrerait la meilleure performance avec « seulement » 4,5% de croissance réelle par habitant et par an.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents