Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Blog de jlduret

Le Blog de jlduret

Pensez juste ou pensez faux mais pensez par vous-même ! Depuis Socrate, le devoir du penseur n’est pas de répéter la doxa du moment mais de la questionner. Sans cette liberté d’exprimer opinions et pensées, point de démocratie.


Suppression des chaudières individuelles au fioul d’ici la fin du prochain quinquennat !

Publié par jlduret sur 19 Novembre 2018, 20:02pm

Suppression des chaudières individuelles au fioul d’ici la fin du prochain quinquennat !
 

COMMUNIQUÉ DES CLIMATO-RÉALISTES

Ubu fait toujours recette. Le gouvernement vient d’annoncer un plan pour supprimer les chaudières individuelles au fioul « d’ici la fin du prochain quinquennat », sous le prétexte que le kilowattheure produit par une chaudière au fioul génère 300 grammes de CO2, contre 274 pour le propane et 234 pour le gaz naturel.

Sont concernés selon Les Echos du 15/11/2018, 3,4 millions de foyers, qui sont de l’aveu même de l’Ademe, l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, « des maisons rurales, peu rénovées et occupées par des ménages à faible revenu ». 

On ne connaît pas encore le détail de ce plan, mais déjà il est possible de citer quelques faits têtus. Tout d’abord, ce même gouvernement a encouragé jusqu’au 1er juillet dernier l’acquisition de chaudières au fioul à condensation par des crédits d’impôt.

Ensuite, le fioul est actuellement l’énergie la moins chère, en dehors du bois et du gaz naturel. Problème, selon FioulReduc, une plateforme de distribution de fioul, 43% des foyers se chauffant au fioul ne sont pas raccordés au réseau GRDF de gaz naturel.

Et pour cause : il n’existe que dans les zones urbaines ! Quant au bois, il a l’inconvénient majeur (sauf sous forme de granulés) d’émettre des particules fines en quantité et de les disséminer sur d’importantes superficies via les fumées.

En outre, affirmer, comme on le fait si souvent, que le chauffage au bois est neutre du point de vue du CO2 (en poussant, l’arbre a absorbé autant de CO2 qu’il en produira lors de sa combustion) relève du sophisme : un arbre met plus de dix ans à pousser et il est brûlé en quelques dizaines d’heures !

Toutes les autres énergies sont beaucoup plus coûteuses

L’électricité revient à 17 centimes d’euros par KWh (en émettant 180 g de CO2 selon le site Picbleu.fr, un portail sur l’habitat durable et écologique : l’électricité n’est pas uniquement d’origine éolienne ou nucléaire), le gaz propane entre 12 et 14 centimes, contre à peine plus de 9 pour le fioul.

Ne parlons pas des panneaux solaires et autres chauffages par pompes à chaleurs, extrêmement coûteux à l’installation pour être efficaces toute l’année).

Ajoutons que selon un communiqué de la FCE-CFDT, cette mesure menace l’emploi de 25 000 salariés.

Dès lors la question se pose de savoir s’il est raisonnable de consacrer un budget public important pour inciter des ménages à acquérir un mode de chauffage très légèrement moins émetteur de CO2 mais dans la plupart des cas beaucoup plus onéreux, alors même que la France est d’ores et déjà l’un des pays développés les moins émetteurs au monde de CO2 avec moins de 1% des émissions mondiales ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents